L’incontinence urinaire chez la femme : causes, facteurs et remèdes

Incontinence
L’incontinence urinaire chez la femme : causes, facteurs et remèdes

À travers cet article, nous allons vous expliquer quelles sont les causes de l’incontinence chez les femmes et comment y remédier, et quels sont les produits pour l’incontinence pour pallier les troubles urologiques.

L’incontinence urinaire est un problème de santé qui peut affecter la qualité de vie de façon significative. Il s’agit d’un écoulement involontaire et non contrôlable des urines qui peut avoir un impact émotionnel, social et physique sur les personnes concernées. Malgré cela, il est souvent difficile d’en parler, même à un professionnel de santé. Dans cet article, nous allons expliquer ce qu’est l’incontinence urinaire chez la femme : ses causes, ses facteurs de risque, et comment y remédier.

Qu’est-ce que l’incontinence urinaire ?

L’incontinence urinaire est la perte involontaire d’urine, communément appelée fuites urinaires. Elle peut avoir un lourd retentissement sur la qualité de vie des personnes touchées, entraînant un isolement social, une réduction des activités par crainte des fuites et une fatigue liée à un sommeil perturbé par des levers fréquents.

Il existe principalement trois types d’incontinence urinaire :

L’incontinence urinaire d’effort

C’est une fuite involontaire d’urine non précédée par un besoin d’uriner, qui survient lors d’un effort comme la marche, le changement de position, le saut, le soulèvement de charges ou toute activité augmentant la pression abdominale. Elle représente 40 % des cas d’incontinence urinaire chez la femme.

L’incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie ou incontinence urinaire par « urgenterie »

Elle est caractérisée par une fuite involontaire d’urine, précédée d’un besoin urgent et incontrôlable d’uriner. Elle survient au repos, la nuit, en dehors de tout effort et représente 10 % des cas d’incontinence urinaire.

L’incontinence mixte

C’est une combinaison des deux premiers types d’incontinence. Elle représente 50 % des cas d’incontinence urinaire.

Chaque type d’incontinence urinaire a ses propres causes, facteurs de risque et remèdes, que nous allons aborder en détail dans la suite de cet article.

Les causes de l’incontinence urinaire d’effort

L’incontinence d’effort est généralement causée par un affaiblissement des tissus et des muscles du périnée qui assurent le soutien de l’urètre. Plusieurs facteurs peuvent provoquer cet affaiblissement, tels que les suites d’une grossesse multiple ou d’accouchement difficile, le prolapsus génital, ou encore une chirurgie de la prostate ou de l’abdomen.

Les causes de l’incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie

L’hyperactivité de la vessie peut être due à une cystite aiguë, un cancer de la vessie, des séquelles de radiothérapie du bassin, un rétrécissement de l’urètre, une maladie neurologique comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou encore les démences comme la maladie d’Alzheimer.

Fréquence de l’incontinence urinaire chez la femme en France

En France, l’incontinence urinaire est un problème de santé courant. Selon une étude de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), environ 3 à 5 millions de personnes sont touchées, dont une majorité de femmes. Ce nombre pourrait même être sous-estimé, de nombreuses femmes n’osant pas en parler à leur médecin par gêne ou pensant à tort que cela fait partie du vieillissement normal.

Facteurs de risque de l’incontinence urinaire chez la femme

Plusieurs facteurs de risque peuvent contribuer à l’apparition de l’incontinence urinaire chez la femme.

L’âge

L’âge est un facteur de risque non modifiable. L’incontinence urinaire est plus fréquente chez les femmes âgées, mais il ne faut pas oublier qu’elle peut toucher les femmes de tous âges.

La grossesse et l’accouchement

La grossesse et l’accouchement peuvent affaiblir les muscles du plancher pelvien et provoquer de l’incontinence, surtout en cas d’accouchement difficile ou de grossesse multiple.

Le surpoids

Le surpoids et l’obésité augmentent la pression sur la vessie et les muscles du plancher pelvien, ce qui peut provoquer de l’incontinence.

Les maladies chroniques

Des maladies chroniques comme le diabète, la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques peuvent affecter les nerfs qui contrôlent la vessie et provoquer de l’incontinence.

Le mode de vie

La consommation excessive de caféine ou d’alcool, le tabagisme, la sédentarité peuvent aussi augmenter le risque d’incontinence urinaire.

Remèdes pour l’incontinence urinaire chez la femme

Il est essentiel de souligner que l’incontinence urinaire est un problème médical et qu’il existe des solutions pour y faire face.

La rééducation périnéale

La rééducation périnéale vise à renforcer les muscles du plancher pelvien pour aider à contrôler la vessie. Elle peut être réalisée sous la direction d’un professionnel de santé, comme un kinésithérapeute ou une sage-femme.

Les modifications du mode de vie

Il peut s’agir de perdre du poids si nécessaire, de limiter la consommation de boissons irritantes pour la vessie comme le café et l’alcool, d’arrêter de fumer, de faire régulièrement de l’exercice et d’apprendre à uriner à des moments réguliers plutôt qu’en réponse à l’envie d’uriner.

Les médicaments

Certains médicaments peuvent aider à contrôler les symptômes de l’incontinence urinaire. Il est important de discuter de cette option avec un professionnel de santé qui pourra conseiller le traitement le plus adapté en fonction du type d’incontinence et des autres problèmes de santé éventuels.

La chirurgie

Dans certains cas, lorsque les autres traitements ne sont pas efficaces ou ne sont pas une option, la chirurgie peut être envisagée. Plusieurs techniques chirurgicales existent et dépendent du type d’incontinence urinaire.

En conclusion

L’incontinence urinaire peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie, mais il est important de se rappeler qu’il s’agit d’un problème médical pour lequel des solutions existent. Ne laissez pas la gêne ou la peur vous empêcher de chercher de l’aide. Parlez-en à un professionnel de santé qui pourra vous orienter vers le traitement le plus adapté à votre situation.